istrie



                

Kanegra  HR52470 UMAG* Kanegra bb

Saison : Tél. : ++385.52.732.186 fax : ++385.52.732.212

bureau : Tél. : ++385.52.719.100 fax : ++385.52.719.999

e-mail : camp.kanegra@istraturist.hr

 

Je n’ai pas été tenté d’y aller, car je le crains trop près du port Slovène, voire même de Trieste.

 

                  

Ladin-Gaj  HR52470 UMAG** Karigador bb

saison : tél. : ++385.52.756.303 fax : ++385.52.756.230

bureau : tél. : ++385.52.719.100 fax : ++385.52.719.999

e-mail : istraturist@itu.tel.hr

 

Les photos montrent un grand espace sans ombrage, avec un alignement de caravanes. Cela ne me tente guère.

 

                   

 

solaris1

Camping Solaris  TAR 52440 POREC***
saison : tél. : ++385.52.404.000 , fax : ++385.52.404.091
bureau : tél. : ++385.52.408.000 fax : ++385.52.451.440
e-mail : riviera@riviera.hr  


Solaris a, comme les autres terrains, des avantages et des inconvénients.

Presque tous les emplacements sont ombragés, et le terrain est assez plat pour les campeurs.
Chacun dispose de plus de 100 M2, et ceux qui se sont installés d’une manière permanente, s’étalent tant qu’ils le peuvent, jusqu’à occuper le double de ce qui leur est accordé (de plus, beaucoup sont absents !!! Mais la caravane et ses annexes sont là, même en très haute saison). Pour les visiteurs occasionnels (les vacanciers salariés), ils ne restent souvent que les emplacements les plus éloignés de la …mer. Au bout de quelques jours, on le ressent bien… Le terrain est grand ; mais vous pouvez aussi réserver sur plan. Les sanitaires sont irréprochables, neufs et grands (attention de ne pas s’installer entre 2, le matin pour faire pipi, c’est loin alors
) et entretenus constamment par une personne qui astique tout au long de la journée.


Il y a toujours eu des places libres ; mais comme il y en a des centaines… Bref, c’est tout de même un peu la foule.

Les strings y remplacent assez souvent tee-shirt et autres paréos. Les patinettes électriques (99 euros seulement…fabrication chinoise, et ce printemps 2004, 39,90 à Auchan) et les mini scooters électriques s’ajoutent aux vélos, et autres rollers. Je me suis surpris, par trois fois, par être vraiment excédé sur le chemin côtier. Il faut préciser, qu’il y a un terrain textile voisin, avec une porte ouverte, et que les textiles y déboulent à fond la caisse, le matin et le soir, pour faire leurs joggings, surtout les rollers. Certains se sont même équipés d’une sonnerie, pour que les gentils promeneurs naturistes s’écartent à leurs arrivées. Le pourquoi de cette porte ouverte, vient probablement d’un restaurant, situé très près de la clôture, et loin des naturistes ; si la porte n’était pas ouverte, il n’y aurait sans doute pas beaucoup de clients. Le soir les textiles sont à nouveau là pour s’y promener (les havres naturistes ont tous cette incomparable ambiance…), pendant que les naturistes sont nus, et restent sur leurs emplacements. Voilà, c’est le gros inconvénient de « Solaris » ; mais si vous ne descendez à la plage qu’à 10 h, et retournez sur votre emplacement pour 19 h, vous ne vous apercevrez de rien.

Il y a une belle piscine, très fréquentée, avec, en surplomb, un studio de massages aux tarifs plus intéressants quà Ulika, je n'ai pas eu le temps d'essayer.
Un petit port, avec surtout des bateaux gonflables, type zodiac. Des animations, des équipements ; et, début août, un « carneval », qui est surtout une grande bouffe, et la guinche…à la manière allemande (Les textiles en sont très friands, ils viennent alors par centaines, mais personne n’est nu alors).


Dans les restos, les cartes sont en plusieurs langues, et, avec celle en italien, on se débrouille très bien (c’est le cas dans tous les restos). Néanmoins, les choses ont évoluées. Aujourd'hui
, au restaurant central uniquement, les autres m'apparaissent moins intéressant, j'y préfère les pizzas à 35-40 Kn avec la "salata mista" à 14 Kn.

Avec 4 massages payés, le 5ème est gratuit.

A l’arrivée, on vous annonce que vous avez droit à 15% de remise avec la licence FFN-INF. Mais au règlement de la facture, il ne s’agit plus que d’une partie, la redevance par personne…
Cela fait donc en réalité
5,8% du total. J’ai payé ainsi 13,4 Euros par nuitée en 2003.
14, 66 Euros en 2007.

Un problème en 2007 avec ma carte du club. Et c'est pas la première fois, ici ou ailleurs. Apparemment, ils n'en voient pas souvent. Il y avait pourtant bien le timbre FFN-INF.
Donc si vous êtes dans un club, lorsque vous changez de terrain à l'occasion, prenez bien la carte standard FFN. Ils ont même fait une photocopie à l'arrivée! Tout ça pour quelques kunas de réduction...

 

solaris3
solaris2
solaris4
solaris5
solaris6
solaris7
                 
Ulika  HR 52440 POREC***
saison :
tél. : ++385.52.436.325
fax : ++385.52.436.352
bureau :
tél. : ++385.52.410.101
fax : ++385.52.451.044
e-mail :
NC.Ulika@Plavalaguna.hr

C'est assurément  le meilleur des havres naturistes Croates. Et peut être pas seulement Croate. Il a tout de même ses petites faiblesses lui aussi.
Notez que
l’accueil est ouvert 24h/24.
Attention change avec 3% de commission. La solution est à Porec, aux guichets de change privés, devenus les plus intéressants, jusqu’à 7,18 sans commission.
ulika porec
ulika porec

 

C'est un grand terrain qui s’étire tout le long de la côte, ainsi la mer n’est jamais trop loin. Il y a donc aussi largement de la place pour tous sur les « plages » ; rochers, plages artificielles bétonnées, pelouses parfois très vastes. C’est bien le seul à avoir pensé efficacement ses plages ! Il en va de même pour l’espace baignade, très important et très largement protégé ; le port est à un endroit et...point final.  L'environnement est lui aussi très "nature"; de vastes espaces non construits  de chaque côté du camping.

Une artère principale après l’accueil mais, ni si large, ni si fréquentée que cela. Les usagers font attention lorsqu’ils l’empruntent; le terrain est donc calme et tranquille partout. Les principaux services, aménagements et animations se trouvent dans la partie gauche par rapport à l’entrée. Un petit centre commercial, puis un très vaste espace arrivant sur la mer avec des jeux, la grande piscine, des tennis. Ce plan montre que la vie collective a été privilégiée dès le départ ; alors que les autres terrains bourrent au maximum avec des parcelles le plus près possible de la côte, tant pis pour les autres usagers! On peut s’y promener tranquillement, on n’est pas trop agressé par les cyclistes, rollers et autres patinettes électriques ; et sur le chemin côtier, des gravillons, le pied (si j’ose dire) pour les promeneurs ! En 2006, j’ai quand même vu un quidam circuler sur une patinette électrique avec deux roues parallèles, on s’y tient debout comme sur les chars romains de l’Antiquité, jusqu’où ne va pas la bêtise humaine !... même …et surtout naturiste.

 

Des parcelles et des emplacements « espaces libres », pour la plupart bien ombragés. Vous pouvez vous installer sur une parcelle tant qu’elle n’est pas réservée, en demandant l'autorisation, cependant. Les moins bien ombragées sont nombreuses à être inoccupées. Des bungalows et des caravanes en location alignés en rang d’oignons, ça, c’est sans doute une faiblesse. Certaines étaient inoccupés, tant en juillet qu’en août, et j’ai le sentiment que même en arrivant à l’improviste, on peut en louer. Le terrain est très bien protégé par une clôture très solide, surmontée même par quatre rangées de barbelé, ça ne fait pas très naturiste, mais ça devait être indispensable du temps de l’ancienne Yougoslavie.

Les sanitaires sont irréprochables avec aussi de l’eau chaude aux lavabos ; et l’eau est chaude à toute heure du jour et de la nuit !!! Leurs aménagements sont du style grand luxe. Il y a même une « tonne » d’hirondelles dans ces sanitaires, avec nids et oisillons !!! Je croyais que ça n’existait plus ces volatiles. Ecureuils dans les arbres…hérissons la nuit venue, pensez à ne pas tout mettre dans la poubelle.

 

Au supermarket, tout de suite à gauche à l'entrée, avant les caisses, des sachets de glaçons de 2 kgs pour 12,90 kunas...un peu cher...

Poissons frais 4 fois par semaine, mercredi, vendredi et dimanche, à l’entrée de la zone commerciale. Attention, seulement de 9h à 11h. Prix convenables me semble-t-il, mais je ne connais pas bien.

2 ordinateurs pour se connecter à Internet, 30 kunas pour 1 heure, fractionnable, avec un code. Connexion hyper lente, c’est plus du 56 K, c’est du 12… S’adresser à la réception ; comme j’ai fait la mou en entendant le prix, elle m’a refusée un billet de 50 kunas où il manquait dans un coin 2 mm2 de papier ; accepté au supermarket...

Une zone du camping est réservée aux propriétaires d’animaux ; avec, ça et là, des distributeurs de sachets ramasse crottes.

On fait beaucoup pour l’environnement (Plava laguna). Tri sélectif des déchets. 3 endroits avec des prélèvements réguliers de l’eau de mer. De petits panneaux avec un dauphin en pleurs face à une plage souillée pour inciter à la propreté, de nouveaux panneaux en 2006, avec un dauphin heureux en voyant les déchets dans les poubelles. Il faudrait cependant aussi de tels panneaux pour inciter à la nudité ; de nombreuses dérives regrettables, et à partir de 19 h, pratiquement tout le monde est habillé, à l’exception de nombreux résistants sur leurs emplacements. Pourtant, 26°C encore à 6 h du matin en juillet ! Il faudrait donc prévenir, pour éviter qu’un jour on ne puisse plus guérir !

Je trouve assez ridicule de s’habiller sur un terrain naturiste. C’est incroyable le nombre de gens qui n’ont pas peur du ridicule !

 

La bouffe !

 

Au supermarket, prix élevés ; la boîte de salade au thon payée l’équivalent de 11,5 kunas en France est à 28 kunas. La cartouche camping gaz 400g, 0,8 euro (6 kunas) chez Carrefour, est à 20 kunas ici! Il n’y a pas toujours une telle différence, mais ne fantasmez pas sur le « bon marché » de la Croatie, vous risqueriez de devoir écourter vos vacances.

Des primeurs, un à l’intérieur, un autre à l’extérieur sont plus chers qu’à Cervar Porat et même qu’en France, et je ne vous parle pas du prix des olives !!! Ni de l’huile d’olive, mon fournisseur « biocoop » en serait fou de rage, lui qui se croit si cher. Si, allons-y, 80 kunas le litre (11 euros), aucune garantie de qualité, bouteille sans étiquette.

D'excellents gâteaux à la petite boulangerie, de 5 Kn à 7,5 Kn.

 

Restooooohs !!!

 

Deux restos proposent un menu du jour à 45 kunas, de 12h à 17h, entrée + plat garni + salade + dessert. J’ai le sentiment que cela revient moins cher que l’équivalent au supermarket ?! La TVA (PDV) étant à 22% et une autre taxe (PPO) à 3% = 25%, un petit pourboire est sûrement judicieux, pour leurs permettre de maintenir ces prix. (Les restaurateurs français n’ont pas trop à se plaindre avec une TVA de seulement 19,6%).
 

Restaurant D & D, en 2005, j’ai eu beaucoup de mal à me faire à son mode d’emploi. La nudité y était très mal vue, au point de vous apporter un autre plat que celui commandé, en l’occurrence un steak haché à la place du poisson ! En 2006, j’avais compris ! En 2007, c'était mon préféré...les serveurs n'étaient plus les mêmes. En 2008, hélas, de nouveaux serveurs...enfin...un.  Après 3 jours, je n'y suis plus retourné. Il fait un menu à 45 kn, salade et digestif compris, de 12h à 17h. Belle vue sur la mer. Service impeccable...néanmoins...Evitez cependant le poisson, 88 Kn pour 400gr, avec peu de garnitures...On se rattrappe comme on peut...Evitez aussi de donner un pourboire, ça fait délirer les serveurs. Soyez près de vos sous !!!    Etre obligé de changer de resto...parce qu'on se montre trop généreux...Un comble !

Grill Ulika, accueil très chaleureux, atmosphère sympathique, service impeccable; portions, hélas, un peu congrue (il y a surtout beaucoup de vaisselle à faire). Ambiance de vacances. Il est au milieu du terrain, côté droit. 2 menus différents chaque jour (45 kn), de 12h à 17h, 1 avec de la viande, et 1 avec du poisson. Certains menus n'ont pas de salade, et aucun n'a de digestif. Il est très fréquenté aussi le soir, mais comme il est grand, il y a toujours une petite place. Le soir, avec la carte, on a droit au digestif. C’est une femme remarquable qui tient les rênes, un peu commerciale quand même !
 

Pizzeria Ulika,  excellentes pizzas, dans le centre commercial, service irréprochable. Une dizaine d'euros avec une salade et une bière de 50cl. On peut aussi les emporter. On peut même être nu, le soir, sans être géné !!!

 

Grill de la route principale, moins grand que l’autre grill, pas de menu. Grandes tables de six places, donc peu de possibilité pour une personne seule, je ne le connais donc pas. Très fréquenté le soir.

 

Petit resto au milieu de la grande pelouse, prix plus bas, mais assiette plus petite. Service impeccable, idéal quand on ne veut pas trop manger, les portions sont moins grandes (pas de menu). Evitez la salata mista, qui est ridicule, quelques feuilles de laitue avec deux-trois rondelles de tomate. Il est petit, mais l’ambiance est vraiment de vacances, et compte tenu de l’environnement, on peut y dîner nu. Il est sur la côte, donc vu sur la mer. Si la salata mista était comme ailleurs, je le recommanderais vivement pour le soir…

 

Ulika n’est pas un si grand terrain que çà, mais, malgré cela, les 5 restos font le plein tous les jours. Conclusion, à Ulika, même ces dames prennent des vacances ; les prix y sont pour quelque chose !


Des spectacles sont souvent organisés. C'est alors une armée d'ombres textiles qui se trémousse. De plus, que les "germains" sont décevants avec leurs vêtements de fond d'armoire, ceux que l'on ressort chaque année depuis 20 ans pour les vacances. Sans compter les fringues "coca cola" pour les jeunes. Ils aiment les grosses voitures, les grosses caravanes, les gros camping-cars...mais quand on arrive aux vêtements, le compte en banque est vide ! Il ya donc surtout des "à-poilistes" à Ulika plutôt que des véritables naturistes.  Ca s'habille à la premire occasion, enfin, ça se cache à la première occasion.

En 2008, vers 20h, j'ai entendu un francophone, me voyant "encore" nu, dire à son épouse, que c'était de la "vulgarité" que d'être nu... Dans un camping naturiste !!!

 

MASSAGE

 

C’est avec une extrême prudence que je me suis rendu au « studio de massage », à cause de la fragilité de mon dos. 

Il y a le « Relax massage », qui concerne tout le corps, enfin presque, pour 240 Kn, durée 1 heure. C’est à la deuxième séance que l’on se rend mieux compte des effets. Je vous conseille donc d’en faire au moins trois. Ce sont des jours de vacances gagnés !!! Un gros problème pour retirer l'huile de tournesol utilisée. 5 douches ! J'ai essayé le liquide vaisselle, c'est pas mieux. Une bonne sieste après, c'est "indispensable".
Changement de masseurs-masseuses, en 2008. L'heure se réduit à 35-50 minutes, selon l'humeur du jour, sans doute.

Un coiffure-manucure, très décevant pour les hommes. 45 Kn seulement, mais vite expédié et des trous partout.

 

Beaucoup de promenades possibles à l’extérieur du camping, cyclistes pensez-y ! Surtout ceux qui ont besoin de s’habiller pour faire du vélo ! En ressortant du camping, chemins à 2-300 mètres. A droite, des espaces gazonnés et ombragés avec des plages, fréquentées probablement par les locataires de très nombreux meublés, côté Porec ; des naturistes près du grillage d’Ulika. De l’autre côté, idem, y viennent, sans doute, les locataires de Cervar Porat. C’est une pointe avec une petite presqu’île, là, des naturistes aussi, collés aux grillages d’Ulika, mais aussi 3 « groupes » sur ces plages. Présence de petites buvettes-camionnettes. Attention, chemins étroits, voiture rayée par les buissons. Desrandonnues pas évidentes malgré tout. Des camping-caristes en profitent bien aussi, chut…Pour Ulika, c’est un paysage de nature qui l’environne. Rare !

Cervar Porat : C’est une marina récente, très proche d’Ulika, mais de première génération, elle est donc à dimension humaine.

De très vastes parkings à l’entrée, prévus d’origine, et gratuits.

Une rue principale où l’on trouve tous les commerces, ou presque, avec des prix moins élevés.

Des restos sur le port aux tarifs légèrement moins élevés qu’à Ulika ; donc pour une sortie le soir, puisque de toute façon pour aller au resto il faut s’habiller le soir…Ca change les idées, et l’horizon
.
cervar porat

Porec, une tonne de restos à tous les prix. Nombreux bureaux de change. Vieux village à visiter. Kiosques de souvenirs à l’infini sur le port. Parkings payants, 6 Kn l’heure, non fractionnable. La boule de glace, très très grosse, est maintenant à 5 Kn.
Près de la marina, en remontant par la rue piétonne vers l'église, une boulangerie entre deux terrasses de café, chausson aux pommes hyper-géant pour 5 Kn. Part de pizza hyper géante pour 10 kunas. C'est dans cette rue, aussi, que l'on trouve le bureau de change le plus intéressant.

 

A l’arrivée, on vous annonce que vous avez droit à 15% de remise avec la licence FFN-INF. Mais au règlement de la facture, il ne s’agit plus que d’une partie, la redevance par personne…Cela fait donc en réalité 5,8% du total. J’ai payé ainsi 16,8 Euros par nuitée en 2005. 17,22 Euros en 2006. Et en 2007, c'est bizarre, sur la facture il y avait  240 euros, mais j'ai payé 242; ce qui nous fait alors 17,29  Euros par nuitée. En 2008, 17,5 euros, avec une remise FFN/INF de 10% pour tout, cette fois-ci.

 

                 

 Istra camping naturiste   HR52452 FUNTANA

saison : tél. : ++385.52.445.123 fax : ++385.52.445.306

bureau : tél. : ++385.52.408.000 fax : ++385.52.451.440

e-mail : riviera@riviera.hr

 

Istra naturist se trouve au village de Funtana. Il ressemble beaucoup à Solaris ; je crois que ce sont les mêmes propriétaires. Il est sur une pointe, genre presqu’île, et si les emplacements sont plats près de la mer, et pour ceux en terrasse ; il en va autrement pour les autres, qui sont plutôt en pente ou peu ombragés.A l’arrivée, ne prenant pas l’électricité, on m’a précisé dans quel secteur je pouvais m’installer. J’ai trouvé une bonne place, pour petite tente (je suis arrivé à 10 heures, Solaris n’étant qu’à une demie heure de route). Mais si vous n’en trouvez pas, prenez un emplacement avec électricité, même si vous n’en avez pas besoin; la différence de prix est faible, mais les emplacements, eux, ont une grosse différence (à mon sens).

Le chemin du bord de mer est pavé avec de grosses pierres, et non pas goudronné comme à Solaris. Il est donc inutilisable par les rollers et les patinettes, électriques ou pas ; et trop étroit pour les vélos, c’est beaucoup plus calme.

Par contre, certains sont installés juste au dessus, d’où la présence de « spectateurs », involontaires et discrets, il est vrai. La porte avec le camping textile est fermée, c’est une bonne chose aussi.

Les plages sont mieux aménagées. Un restaurant est à recommander, mais vous vous en rendrez vite compte par vous-même, il est très fréquenté ; il s’appelle « DANIJELA ». La « salata mista » est servie dans un saladier de bonne taille (et oui !); c’est une salade de crudités et un peu de laitue pour 9 francs (10 kunas), et, à la fin du repas, cette année au moins, il offrait le digestif (au total 50 Francs ou 55 Kunas. 1 euro = 7,10 kunas ; avec cette ressemblance je me suis remis à penser en francs).

A 300 mètres de l’entrée, le village de Funtana, et sa demie douzaine de restaurant. Pensez au glacier, juste au bout ; elles sont artisanales, les glaces, et sont monumentales pour 8 kunas. 300 mètres plus loin encore, la route principale, avec sa douzaine de restaurants, côte à côte… (Les prix ne sont pas prêts de s’envoler).

 

A l’arrivée, on vous annonce que vous avez droit à 15% de remise avec la licence FFN-INF. Mais au règlement de la facture, il ne s’agit plus que d’une partie, la redevance par personne…Cela fait donc en réalité 5,8% du total. J’ai payé ainsi, 16,25 Euros par nuitée en 2003.

 

                 

Koversada  HA 52450 VRSAR***

saison : tél. : ++385.52.441.378 fax : ++385.52.441.761

bureau : tél. : ++385.52.441.222 fax : ++385.52.441.122

e-mail : marketing@anita.hr

 

6 Km plus loin, Koversada, près du village de Vsar, depuis 1961 ; c’est gigantesque. A l’accueil, effort pour parler en français. (1h30 après avoir été jeté de Valalta, pour non pratique de l’Allemand, le moral revient au beau fixe). A noter qu’à l’intérieur de Koversada, tous les commerçants parlent l’allemand, mais pour moi ce n’est pas plus accessible que le croate…

Ceux qui ne sont pas installés à l’année, et ceux qui n’ont pas réservés, se retrouvent, la plupart du temps, en plein soleil, à partir de l’entrée. (Attention de ne pas vous mettre trop près de la route principale, à 6 heures il y a déjà les camions de livraison. Vers 14 heures c’est calme pour la sieste.)

Les autres se partagent entre deux Koversada. A droite le Koversada de luxe, avec les studios et leurs immenses espaces verts devant ; les plus belles parcelles aussi, mais entretenus par les abonnés à l’année. Dans cette partie droite de Koversada, de nombreux aménagements, grandes pelouses comme solarium, bac à sable immense, avec peu d’enfants néanmoins, ce sont les adultes qui y posent leurs transats. Il faut noter qu’elle est appelée « plage de sable », elle n’a rien d’une plage, d’ailleurs un chemin bétonné la borde avant la mer, à laquelle on accède par des échelles. (Ils pourraient aussi y rajouter du sable à mon avis)

Il y a une île en face qui ajoute au charme du lieu, on peut y camper en transportant, à certaines heures, son matériel, sur un pont très étroit, les caravanes, trop larges, ne passent pas. Le parking dédié sur le continent est plein à craquer (mais vraiment à craquer !). Sans compter que les résidents voisins affichent forces panneaux, pour enjoindre les négligents à aller se garer ailleurs, mais où ? Si cela vous tente, regardez bien avant de vous décider. Entre l’île le continent, un très vaste espace baignade bien protégé des bateaux.

A gauche, le Koversada de « remplissage », où vous serez ; parcelles moins coûteuses, emplacements sur « espace libre » encore moins. Peu de plages, des rochers la plupart du temps, beaucoup de bateaux à l’amarre, ce n’est pas très agréable de nager entre les bateaux…et c’est dangereux, car ça circule. Une baie accueille un port, et même un atelier d’entretien réparation, ils y en a quand même qui y vont, pour la bronzette et pour nager… entre les bateaux !

Koversada a de nombreux équipements et encore beaucoup (trop ?) de restaurants. Trois restaurants sont fermés et les bâtiments sont à l’abandon, le buffet Lim, le resto qui est sur une pointe, celui qui est près du pont. C’est bizarre, ce sont les trois qui avaient le plus de succès encore en 2003. Les autres sont dans des bâtiments plus récents, en tout cas nettement plus sophistiqués, plus grands, il y en a même un qui offre à l’entrée une machine automatique pour cirer les chaussures. Pas de carte à l’extérieur, il faut s’asseoir pour connaître les ressources et les prix, ce que je n’ai pas fait.

 

A Istra, en 2003, j’ai attrapé une infection aux oreilles, une otite. J’ai consulté un médecin à Koversada, 48 Euros la visite médicalepour me donner des antibiotiques, ce que je savais avant la visite, 25 euros les antibiotiques (remboursement, en tout, de 42 Euros 05 ; la consultation, elle, sur la base de 20 Euros…). Bref, si vous tombez malade, vous avez peut être intérêt à aller à Trieste en Italie, à coté, où vous pouvez utiliser la carte européenne.

 

Une anecdote malheureuse ! Arrivé à 10 heures, j’ai trouvé une grande place à l’ombre (2003). Une fois installé, je suis parti me promener. Je ne suis pas du genre à tenir en place, et nous sommes, me semble-t-il, peu nombreux ainsi. Au retour, un homme sympa s’était installé entre mon installation et celle du voisin (!), pour l’ombre ; ce qui ne me gênait pas trop, et même pas du tout, puisque c’était du côté de la voiture (par contre, il gênait un « peu » l’autre voisin). Et de l’autre côté, le voisin italien de derrière, a garé sa voiture à côté de ma tente. Un sursaut en voyant cela ! J’avais l’impression que ma tente était sous sa voiture… Grosse ! Avec l’aide de voisins originaires du Valais suisse, donc parlant italien et français, il a déplacé sa voiture. Le lendemain, il s’adresse à moi en français (?!), et m’interpelle, me questionne, sur le pourquoi de ma venue en Croatie. C’est en lui disant finalement que j’apprécie la température de l’eau de mer ici, qu’il a renoncé à poursuivre son « interrogatoire » (il m’a parlé des « plages de sable (pas de vulgaires rochers comme en Croatie) de l’atlantique et de nos très beaux terrains naturistes… »). J’en déduis qu’il n’a peut être pas garé sa voiture « sur » ma tente pour être à l’ombre. Mais pour se venger de « quelques mauvais souvenirs français » ; ou qu’il ne voit pas d’un très bon œil ces clients lointains qui vont encore faire augmenter les prix. Bref, il y avait quelque chose. D’autant plus que la  place des charmants suisses s’est libérée le lendemain, et qu’il n’en a pas profité pour y garer sa voiture. Avec ces gens là, on ne parlera bientôt plus de camping naturiste, mais de camping « ver de terre ».

 

Une anecdote heureuse ! Les tarifs forfaitaires comprenant l’électricité, j’avais acheté un câble (2005) au cas où, mais ma prise n’était pas la bonne. Voyant mon impossibilité à utiliser la borne, un voisin croate en caravane m’a proposé un de ses câbles. N’en ayant besoin que pour une glacière électrique avec trois cannettes à l’intérieur, j’ai décliné l’offre, non sans lui avoir montré que je n’en avais guère besoin.

 

A l’arrivée, on vous annonce ici aussi que vous avez droit à 15% de remise avec la licence FFN-INF (obligatoire). Mais au règlement de la facture, il ne s’agit plus que d’une partie, la redevance par personne…Cela fait donc en réalité 5,3% du total. J’ai payé ainsi 14,85 Euros par nuitée en 2003. 17,25 Euros par nuitée en 2005.

 

                 

Valalta  BB HR 52210 ROVINJ****

saison et bureau :  tél. : ++385.52.811.033 804.800 ; 804.803 ; 804.804.

fax : ++385.52.811.463 ; 821.004

e-mail : valalta@Valalta.hr

 

Valalta, maintenant je connais. Ca m’est enfin arrivé, accès refusé pour les personnes seules. Ici, on ne reçoit que des familles !!! Voilà encore un gérant de camping naturiste qui n’a jamais lu la Déclaration des Droits de l’Homme !!!
Mais, il y a pire. En tout premier lieu, on m’a demandé si je parlais allemand, deux fois même, comme si brusquement j’allais me rappeler quelques mots d’allemand. J’ai bien eu le sentiment de ne pouvoir accéder pour cette raison surtout ; ségrégation raciste !!! Le gérant n’a sans doute jamais même entendu parler de la Déclaration des Droits de l’Homme ; elle existe pourtant depuis 1948 !!!

 

Allez, tant pis, j’ai appris qu’il fallait y acheter des jetons pour prendre une douche chaude… dans un camping 4 étoiles !!! Il y a mieux ailleurs, heureusement !

 

Le Congrès de la FNI s’y est déroulé en 2004… quelle honte !!!

 

                 

Kazela  HR 52203 MEDULlN*

saison : tél. : ++385.52.577.460, fax : ++385.52.576.050

bureau : tél. : ++385.52.577.460, fax : ++385.52.576.050

e-mail : teh.eko.kamp-kazela@pu.tel.hr

 

Il est tout au sud de l’Istrie, n’est que partiellement naturiste et n’a que des parcelles en plein soleil, pour la plupart. Il doit être bien cependant.
 

      

Si vous souhaitez m'écrire : nudiworld@totoch.fr

 

Il faut bien sûr mettre aliceadsl à la place de totoch.