dalmatie 

◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►           




J'ai choisi, en 2005, plus encore que les années précédentes, d’aller à la recherche de la
Croatie naturiste mythique, celle dont on parle en France.

Le site Internet Cronatur ne me donnait guère l’espoir de la trouver.

Effectivement elle n’existe pas, ou n’existe plus, sûrement depuis très longtemps. J’ai surtout eu le sentiment, les embouteillages aidant, qu’elle n’a jamais existée que dans les fantasmes français.


La Dalmatie m’apparaît comme encore plus fréquentée que le nord de la Croatie.
Les paysages souvent grandioses y sont sûrement pour quelque chose. L'espace côtier est tellement aménagé, qu’il n’y a plus de place pour le naturisme. Les petites baies isolées, accessibles uniquement en bateau, doivent faire avec le bruit de la circulation de la route qui les surplombe.
Ces baies, inaccessibles au commun des mortels, sont certainement ce qui a fait cette "fausse" réputation d'une Croatie naturiste.
dalmatie
dalmatie
dalmatie
dalmatie
dalmatie
dalmatie

Des autoroutes en chantier et la foule estivale amènent encore quelques difficultés.

Cela commence dans le secteur d’Opatija-Rijeka. A l’aller, vous n’aurez pas de problème une fois sur l’autoroute périphérique, sauf pour rejoindre la route côtière.
Il faut prendre la sortie « île de Krk », sinon vous irez vers le centre, ce n’est pas votre direction. Après avoir passé les chantiers d’autoroute et la zone industrielle, vous serez sur la route côtière.
Elle est très chargée jusqu’à Senj pratiquement, en raison d’un grand nombre de stations balnéaires, très importantes et très fréquentées.

Après, c’est le grand vide, probablement à cause de la nouvelle autoroute qui permet d’aller directement vers le sud de la Dalmatie (autoroute que vous prendrez peut être au retour).
De plus, peu de place, la route passe au milieu de certains petits campings sur un pont. (Vous avez intérêt à choisir de prendre cette route dans le sens Nord-Sud, les parkings étant côté mer. Dans l’autre sens, il faut traverser la route, franchir la ligne blanche continue, et vous ne serez tout de même pas tout seul).

Vous pourrez admirer les panoramas déjà grandioses sur les îles proches de la côte. Versants de montagnes arrivant directement à la mer, avec peu d’endroits pour des installations touristiques.

trogir

De Zadar à Split, les paysages sont moins accidentés. Les installations touristiques restent ponctuelles, avec de nombreux campings tout le long de la côte ; montagnes assez arides, en tout cas inoccupées.


Faites une halte à Trogir vieille ville entourée de remparts, très touristique. Ne tournez pas à droite, vers cette vieille cité, beaucoup d’embouteillages. Continuez sur une centaine de mètres, parking juste après la gare routière, on ne peut pas le rater, 5kn/heure. Revenez en arrière, juste après la gare routière, bouteilles de soda pour 5kn ; 30 mètres plus loin, c’est le double.
Vous verrez un marché permanent, intéressant. Change avec un très bon taux à côté du bras de mer. A côté vente d'excellents sandwichs.


A l’intérieur des remparts, dans la première moitié de la ville, sur chaque place vous pourrez vous extasier face aux tables et parasols qui occupent tout l’espace (
c’est de l’humour). Dans la deuxième moitié, c’est vide, il y a même des « ruines ». Le touriste moyen ne va jamais au delà des parasols, et quand il n’a plus soif, il retourne à sa voiture. Les remparts vus de l’extérieur ne sont pas mal non plus, et il y a le port.

Après Split, paysages encore plus grandioses, les montagnes sont plus hautes et la route est placée plus haut. Des files d’attente pratiquement à chaque passage de station balnéaire, c’est la foule partout. Très vaste panorama sur les grandes îles du sud.


Si vous reprenez cette route au retour, pour revoir encore une fois ces paysages, vous arriverez à Rijeka et vous suivrez bêtement les panneaux indicateurs. Dans Rijeka, des chantiers partout, j’ai eu l’impression de traverser 3 fois Paris, embouteillages compris. Même ma voiture en a perdu un enjoliveur ! Récupéré, il a fallu tout de même le changer, mais il avait déjà des faiblesses. Mes voitures n’obéissent qu’à leur conducteur, quand j’appui sur la pédale de droite, elles avancent, quand je suis agacé, elles perdent un enjoliveur, c’est comme ça !


trogir
trogir
trogir
trogir
trogir
trogir

◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►◄☻►

ÎLE  DE  PAG

Au nord, on y accède par un ferry, très bien signalé sur la route côtière. Par un pont gratuit au sud.
Plusieurs ferries tournent constamment, pas vraiment d’attente. Prizna-Zigljen, voiture = 82 kn, personne = 13 kn.

Ile très étonnante. Quand on est sur la route côtière continentale, on voit une île totalement désertique, de l’autre côté, là où vous circulerez si vous y allez, elle est très verdoyante.

Une seule route centrale la sillonne. Une station balnéaire dès qu’il y a une baie; elles sont très nombreuses mais à dimension encore humaine.

Pas mal d’agriculture également, et aussi de l’élevage de brebis. On vend du fromage de réputation mondiale, dit-on, au bord des routes. 140 kn le kilo, mais la balance n’obéit qu’à son maître, à 300g, elle était en équilibre, à 350g aussi… Se conserve mal sans réfrigérateur (48h).
île de pag

île de pag

novalja île de pag

                          

STRASKO

Strasko HR53291 NOVALJA-PAG**
saison et bureau :
tél. : ++385.53.661.226

fax : ++385.51.661.225
 
Ulika-Strasko = 240 km.
 
novalja

Vous ne pouvez pas le rater. J’ai vu une bonne demie-douzaine de panneaux publicitaires immenses, au moins 50 Km avant d’y arriver. Vous risquez, néanmoins,  de vous retrouvez devant l’ « accès plage ». Il fallait tourner à gauche, juste avant le parking et suivre le long grillage avant d’arriver à l’accueil « camping ».

C'est un terrain textile avec une zone naturiste, qui occupe environ 25 % de la surface totale. La zone naturiste se trouve au bout de la route principale, dans le prolongement de celle de l’accueil. Une première limite indiquée FKK, mais ce n’est plus la bonne, elle a été repoussée, et l’espace gagné pour les textiles reçoit des bungalows textiles dans la partie basse. La limite d’aujourd’hui commence au grillage occulté et la présence d’un « vigile » en uniforme, assis sur une chaise la plupart du temps, et qui vérifie les passages. Donc, en vous inscrivant, n’oubliez pas de dire que c’est pour la zone FKK, pour le tampon.

C'est un terrain très bien ombragé, avec des arbres souvent tellement serrés, que vous aurez du mal à vous caser si vous êtes caravanier. Néanmoins, comme 60-70 % de l’espace, environ,  était occupé, c’est encore possible. (Terrain surchargé dans la partie textile).

Sanitaires moins bien entretenus, pas d’eau chaude aux lavabos.

La plage naturiste est tranquille, et, à l’arrière des rochers, un solarium souvent ombragé aussi.

Un terrain de volley, un resto plus cher que dans la partie textile et c’est à peu près tout.

Tous les services et commerces se trouvent dans la zone textile. Restos assez chers, je me suis contenté de pizzas, très standard par ailleurs.

De l’autre côté du mur, des nudistes sur les rochers.

Pas de paiement en Euros, kunas ou carte bancaire. Pas de réduction FFN-INF, pourtant 10 % de remise annoncée, il a regardé ma carte FFN-INF avec un sourire amusé… (4 nuitées). J’ai payé ainsi, 17,90 Euros par nuitée en 2005.

Près du camping, la station balnéaire Novalja. La vieille ville occupe 10 % du total, elle est piétonne. Parking obligatoire à l’entrée, 7kn/heure, toute heure commencée est due. Vous pourrez y changer à un taux très convenable. Vieilles ruelles, joli petit port, c’est gentillet. Beaucoup de constructions en chantier à la périphérie.

 

ÎLES  DE  UGLjAN-PASMAN

 
Deux lignes de ferries, qui tournent constamment, pas vraiment d’attente, une au nord de l’île d’Ugljan ; Zadar-Preko, voiture = 73 kn, personne = 14 kn (A Zadar, en suivant les panneaux « centar » puis en visant le bord de mer, on arrive très facilement au port d’embarquement. Tickets pour les ferries au bureau central, juste en face du quai pour Ugljan).

L'autre ferry, au sud de l’île de Pasman ; Biograd-Tkon, voiture = 51 Kn, personne = 9 kn.
On passe de l’une à l’autre île par un petit pont.
uggljan
île de pasman
Ce sont deux îles très boisées, avec une route centrale. L’île d’Ugljan a des côtes assez occupées, mais plutôt par des résidences secondaires. L’île de Pasman est moins fréquentée; tout le long de la côte, des petits ports très calmes et de petites « plages ». A Banj, j’ai déjeuné dans un resto, menu du jour pour 50 Kn ; c’était convenable, mais comme il a vu que j’étais de passage, la bière est passée de 10 à 12 Kn, et le café de 4 à 5 kn. Le long de la route, plusieurs petits campings familiaux quasiment vides. Ce n’est qu’en arrivant sur Tkon que tout s’anime ; petits campings mieux remplis notamment. Si vous ne trouvez pas de place à Sovinje, vous savez où aller !

Des restos et des commerces à Tkon. Une toute petite échoppe, (une seule porte) près du petit supermarket (7h-21h), propose de bons sandwichs. Sur la route de Sovinje, un petit resto, avec des prix légèrement moins élevés, mais pas de garniture avec le plat et pas de pain. Il y a aussi un petit camping textile, Adriana, 3 fois moins cher, avec la plage de l’autre côté de la route (pas naturiste). Le long de la route, pas mal de bâtiments en construction.
île de pasman

                          

SOVINJE
HR 23121 TKON-PASMAN
OFFICE DE TOURISME
TKON
saison :
tél. : ++385.23.85.824
fax : ++385.23.85.833
mob. : 0039. (0) 338.380.1841
e-mail : opcina-tkon@zd.tel.hr


Strasko-Sovinje = 130 km
sovinje
C'est un petit camping, bien indiqué, tout au bout d’une route qui part de Tkon (2 km). Il y a des possibilités d’agrandissement. J’étais dans une extension et j’ai eu bien du mal à trouver une place.
Il est assez bien ombragé en général.
Sanitaires très bien, mais eau chaude vraiment tiédasse le soir.
île de pasman
île de pasman
île de pasman
île de pasman
Deux petites plages de sable très étroites, surmontées d’une petite falaise, plutôt friable à mon avis. Mais surtout assez haute pour mettre les plages dans l’ombre dès 16h, c’est assez ennuyeux, puisque c’est justement l’heure où je descend sur la plage. La pente est douce, et les enfants se régalent facilement, contrairement aux autres terrains aux plages de galets, mais surtout de rochers. Quand ce sont des galets, pour les enfants, ce n’est pas si mal que ça, mais c’est rare aussi. Celle de gauche est encombrée de bateaux, celle de droite a des flotteurs pour protéger les baigneurs. Attention, les rochers qui suivent sont casse-cous, j’en suis encore tout éraflé.

Un bar sympathique, peu de restauration, à l’exception de frites pour 5
kn, et le hamburger à 15 kn. Au début, le hamburger, c’est du chewing gum mou, pas très agréable. Puis, cela devient du chewing gum dur ; vous choisissez, vos dents ou la deuxième moitié du hamburger ; j’ai laissé le pain et aie avalé ce qui restait du steak haché
.


Un boulanger passe le matin, mais hâtez vous, à 9h il n’y a plus rien.

Il y a, néanmoins, de temps en temps, un « fish-party ». Ne le ratez pas !!!
Assiette avec un grand poisson, deux sardines, tomate, pain, cuit au feu de bois, pour 10 kn, oui, 10 kn !
Et de délicieux, succulents petits beignets pour 10 kn aussi (sachet de dix). S’il le faisait tous les soirs, j’y serais resté trois mois !!!

Dans le même temps, huit charmantes chanteuses, des chants traditionnels croates, dont les voix sont malheureusement couvertes par la sono qui vient du continent. On a du mal à le croire au début.
Le premier soir j’ai cru que c’était à l’entrée du camping. Pas du tout, ça vient de Biograd, sur le continent. A Koversada, c’est pareil, ça vient de Valalta, un terrain naturiste.


On trouve trois barbecues, très utilisés constamment.

Pas de paiement en Euro, réduction FFN-INF de 4 %; (4 nuitées). J’ai payé ainsi, 16,40 Euros par nuitée en 2005.

                          

ÎLE  DE  MURTER


Ce n’est pas vraiment une île, un petit pont de quelques mètres la relie au continent. Elle est aussi fréquentée que…le continent.

Camping Mlaska-Kosirina = 220 Km

KOSIRINA

Sur le site Internet Cronatur, on parle d’un terrain « clothing optional » ; sous la douche peut être...

Il est moins bien indiqué que les autres havres naturistes, il faut prendre la direction de Murter et 2-3 Km avant, sur la gauche, une petite pancarte « camping Kosirina ». Vous arrivez devant la guérite du gardien, qui vous dit qu’il faut d’abord passer à l’accueil qui est commun avec le camping « Plitka vala ». Vous ressortez, prenez à gauche, puis tout de suite la première à droite, 300 mètres après vous y êtes. On vous dit qu’il faut d’abord trouver une place sur le terrain, vous retournez à la guérite en baraguinant en anglais que vous venez voir si vous trouvez de la place. Pour une petite tente comme la mienne, j’en trouve plusieurs, vous retournez à l’accueil et un certain temps plus tard vous montez votre tente. Un allemand à errer pendant deux heures avec sa caravane, il aurait mieux fait de chercher à pied.

Le terrain s’étire tout autour d’une grande et très belle baie, avec même une petite île au milieu pour renforcer encore le côté paradisiaque ; mais c’est tout.

Les emplacements sont plus ou moins convenables, le chemin central très fréquenté et très encombré, notamment par des voitures de gens qui viennent seulement pour la journée. Les sanitaires laissent à désirer, aux robinets d’eau chaude des douches, dans l’un, c’est simple, rien ne coule, dans l’autre, c’est de l’eau froide. Faites comme les autres, mettez des bouteilles d’eau au soleil, le soir vous pourrez vous lavez avec de l’eau chaude, et sur votre emplacement. D’autres se sont encore mieux équipés, ils ont des douches solaires.

Pas d’épicerie, mais des commerçants passent dans la matinée pour vendre du pain, des fruits et des légumes ; ou des crafés, crafés, craféééés, petits beignets minables saupoudrés de sucre pour 5kn. Si vous allez à Murter pour vous réapprovisionner, autant tout acheter là-bas, c’est moins cher.

Deux bars-restos. Le premier propose quelques bricoles, Bière 50cl + sachet de frites Mac CAIN de la même dimension que le sachet Mac DO, mais moins bien rempli, il n’y a pas l’ustensile + petite barquette en carton de calamars frits avec une demie rondelle de tomate et un bout de laitue = 53 kn. Les calamars étaient annoncés pour 420 g, j’attendais une belle assiette, là, ce sont des grammes « côte d’Azur ». Heureusement qu’ils m’ont donné un petit bout de pain, j’ai pu finir mon dîner avec le lard et le fromage (pas terrible le fromage), que j’avais acheté sur le marché de Trogir.
L'autre bar-resto annonce des sandwichs de 12 à 20 kunas. Quand vous en commandez un, on vous dit qu’il n’y a plus de sandwich et on vous montre la liste au dessus de celle des sandwichs. Je me suis levé et suis parti ; la veille, l’autre m’avait déjà fait le coup. J’ai donc tapé dans mes salades au thon et mes compotes, de France.

Et les naturistes, où sont-ils ? Evidemment de chaque côté du camping, mais très discrets, car il y a aussi des textiles parmi eux. Les plus nombreux sont tout au bout à droite, là où il y a le moins d’ombrage. Quelques-uns, des résistants apparemment, sont au milieu du camping, bien barricadés derrière des toiles ; en fait, invisible de la route, il faut aller au bord de l’eau pour s’en apercevoir. Pour le bronzage intégral et les bains de mer, beaucoup de possibilités de chaque côté du terrain sur les rochers. On peut même, à gauche, faire une promenade gymnique jusqu’à un camping suivant, pas tout à fait 1h AR. De l’autre côté, encore plus de possibilités sur un sentier très praticable. Dans les baies qui s’enchaînent, d’autres naturistes et textiles. Presque deux heures AR, jusqu’à une plage privée très fréquentée.
Dans une baie, il y avait une barque de location, une de celles qui permettent d’aller dans les baies « isolées », à 20 minutes de marche du camping…pour 450kn/jour la location de la barque...

Pas de paiement en Euro, pas de réduction FFN-INF ; (3 nuitées). J’ai payé ainsi, 10,70 Euros par nuitée en 2005.


île de murter
île de murter
île de murter
île de murter
île de murter
zadar
zadar
zadar

ÎLE  DE  HVAR


On y accède par de très nombreux endroits, et même d’Italie. D’après des français, environ 150 euros pour une voiture et deux personnes, par le port d’Ancona. Cela peut être une solution si vous ne voulez pas faire deux fois la côte croate, splendide cependant !!! Ou si vous n’avez pas trop de temps.
De la côte croate, par
Split, au nord de l’île, ou par Drvenik-Sucuraj
, au sud.
sucuraj
De Split, un gros ferry, pouvant contenir de 4 à 500 voitures, et qui doit aussi faire la liaison, île de Hvar-Ancona. On arrive facilement au port d’embarquement en suivant les panneaux… « port d’embarquement », une image, en fait ; sur de grandes artères au début.

J'arrive à 14h45, j’étais parmi les derniers, le ferry devait démarrer à 15h30. Attente sous le soleil par 37°C (avec cet ordinateur de bord on sait tout !). Le ferry part à 16h15, certains n’ont pas pu le prendre. Arrivé au port de Stari Grad (mais qui n’est pas à Stari Grad même) à 17h45. J’étais au milieu de l’étage du bas, les premiers à monter étaient à l’étage du haut. Je sors à 18h15. 39°C dans la cale, et ces imbéciles qui mettent en marche leurs moteurs, dans cet espace confiné, 5 minutes avant de pouvoir avancer; je vous laisse imaginer le calvaire de ceux qui sont à l’étage du haut...

(Et l’agent qui veut absolument faire avancer d’abord la camionnette croate ; au bout, il faut tourner pour revenir dans l’autre sens, on était au bout, alors que s’il m’avait fait avancer en premier, la camionnette pouvait mieux manoeuvrer, mais non, il fallait qu’il montre à tout le monde combien il est con).
Vous avez compris, je vous déconseille cette solution. (Voir aussi le prix).

Split-Stari Grad : Voiture = 238kn, personne = 35kn

Au sud, C’est plus court, petits ferries qui tournent constamment, Drvenik-Sucuraj : Voiture = 79kn, personne = 11kn.
split
split
split
L'île de Hrab a deux facettes, en arrivant par Sucuraj, un ravissant petit port, ne le ratez pas.

Vous découvrirez une première moitié très peu habité, avec des côtes abruptes, et une seule route centrale qui passe sur la ligne de crête, panoramas splendides, ne regardez pas trop, route assez étroite, ou faites comme moi, prenez l’habitude de regarder le paysage et de conduire en même temps…solution dangereuse ! Et si un jour, je vous double, vous n’êtes pas tenu d’essayer de me rattraper. Mais non, bien sûr, dans cette phrase, il y a un soupçon d’humour !!!


Pourtant cette moitié devait être aussi habitée que l’autre, les pentes sont couvertes de terrasses abandonnées ; avec des murets très proches les uns des autres, certains ont même 2 mètres de large.

Pour le détail, sur les côtés on trouve les grosses pierres, au milieu les petites. Ca existait des paysans pour faire un tel boulot ?


Si vous avez du temps, vers le milieu de la première moitié de l’île, un panneau, V.Stinia 3,7km, vous découvrirez au bout un charmant petit port, avec, hélas, quelques réalisations récentes. Potagers et vignes au milieu. (voir la photo)


Des vendeurs de vins et alcools au bord de la route, Prozec ou autre, 40kn le litre, je l’ai vu aussi à 30kn. Mais ici, dans cette campagne abandonnée...

L'autre moitié
est d’un tout autre niveau, doù les facilités avec l’Italie.
Il y a maintenant deux routes centrales, l’ancienne, comme dans l’autre moitié, passe par les crêtes, très beaux panoramas aussi. La nouvelle bénéficie d’un long tunnel, et est donc plus rapide et plus large.

sucuraj
ile de hvar
île de hvar
île de hvar

Ne ratez pas Stari Grad, vous pourrez vous promenez parmi les petites ruelles pavées typiques; très peu fréquentées par les touristes (?!). Vous aurez du vrai !

De plus, petite boulangerie avec grosse part de pizza pour 8 Kn.

C'est un village de peintres, prix très abordables. J’ai acheté deux aquarelles pour mes amis !
stari grad
Vrboska, à voir absolument pour son port tout en longueur au milieu du village.

Jelsa, parkings obligatoires à l’entrée de la ville.
vrboska




hvar


hvar

hvar

Hvar
, très touristique, et très cher. Mérite la visite !

Parkings surchargés, 1h = 8Kn. Quelques places gratuites en ressortant de l’autre côté.

On peut aussi continuer et revenir par une autre route plus proche de la mer,  vers « Hvar centar » et trois hôtels sur la route. On arrive en surplomb de la ville, panorama superbe. Vous avez compris, je n’ai pas payé de parking, et j’ai eu un point de vue sur la ville que beaucoup n’ont pas eu (voir ci contre), car il faut grimper.











hvar
hvar
hvar
hvar remparts
hvar
hvar
hvar
hvar
hvar

                          

CAMP « NUDIST »

Nudist. HR 21463 VRBOSKA-HVAR*
Saison et bureau :
tél. : ++385.21.774.034
fax : ++385.21.774.187


Sovinje-Camp Nudist via Split = 150 km

C’est un terrain de taille moyenne, calme. Très bien indiqué de partout. Il se trouve près de la ville de Vrboska, vers une pointe, mais pas la pointe qui accueille, elle, une très grande plage privée avec parking payant (10 kunas pour la journée, aménagements nombreux, et si vous voulez une glace en cornet, ici vous en trouverez).

Il est entièrement aplani par de grandes terrasses, quel travail ! Quel investissement ! Il y a une route circulaire et une autre, disons en diagonale, à partir de l’entrée (mais pour planter votre tente, il vous faudra sortir vos piquets en titane. Oui, je sais, ça n’existe pas, mais pour ici, ça devrait).


Il est bien ombragé par de grands pins surtout. (Pour retirer la sève sur votre voiture, utilisez votre bidon d’essence de secours, ça marche très bien).

C'est un terrain très sympathique, mais il y a beaucoup de monde. Il y a une petite plage de galets, 15-20 mètres de large, éclairée la nuit par un puissant projecteur. Mais, c’est peut être, au départ, pour éclairer cette partie de camping, par où on peut entrer de l’extérieur. Le reste est constitué de rochers avec souvent des accès naturels à la mer convenables.

La mer est chaude, enfin, fin juillet, elle était chaude, et après 4 jours d’orages, de tempête, de pluies et de vent, c’était plus pareil.

Des bateaux très près du bord et donc de la plage, quel sans gène ! Pendant la tempête, il y en a un qui est venu « se crever » sur les rochers (voir ci contre), c’est bien fait ! Il y a quand même une justice naturelle.

Les sanitaires sont convenables et les douches sont chaudes, mais quelle attente entre 17h et 20h ; c’est à croire que tout le monde se douche 10 fois par jour.

Un petit bar rudimentaire, mais convenable, qui fait aussi resto ; mais on a oublié de former un cuisinier. Pour la salade variée, ça va, pour les frites, ça va, mais pour les calamars, ça fait bizarre, ils sont comme au camping Kosirina, frits, mais en très fines rondelles ; on n’a pas l’impression de manger des calamars. Des plats du jour aussi…mais qui restent longtemps « plat du jour ».

Une petite épicerie de dépannages avec un peu de tout, aux heures d’ouverture réduites (fermée de 11h à 16h) ; à 9h, il n’y a déjà plus de boissons gazeuses fraîches.


A droite du camping, après un petit muret, une des plages privées, textile. A gauche, un accès permet à des naturistes extérieurs de venir pour s’installer dans une suite de petites baies, sans aller trop loin, car après, un autre accès voit des textiles qui ne veulent pas payer les 10 kunas de la plage privée.

Et tout au bout, de curieux pieux peints en orange et signés IVANA DUZEVIC 2005. Placés à une pointe, ils serviront au moins aux bateaux pour ne pas s’écraser sur les rochers...


Pas de paiement en Euro, pas de réduction FFN-INF ; (8 nuitées). J’ai payé ainsi, 9,45 Euros par nuitée en 2005. (« Frigo box » à l’entrée pour 8 kn/jour)






hvar camp nudist

hvar camp nudist

hvar camp nudist
stari grad
stari grad
stari grad

                          

Camping MLASKA


A 4 km de SUCURAJ, sur la droite, on ne peut pas le rater.

Cela pourrait être un charmant camping, avec deux très petites baies quasi identiques, l’une est textile, l’autre naturiste, avec plages de sable…50 cm de large à marée basse, les enfants peuvent alors y faire un pâté, mais c’est tout.

Il est bien ombragé, pas très grand.

Des emplacements tordus, petits, des chemins défoncés.

Attention, le grand panneau FKK indique la direction de la zone, pas le début. La zone commence après un tout petit panneau cloué sur un arbre, d’ailleurs même cronatur se trompe.

Il est difficile de trouver une place, et même si vous passez dix fois au même endroit, les germains ne bougeront pas pour retirer leurs voitures garées à l’évidence sur un emplacement d’installation, mais à l’ombre.

J’ai tout de même fini par planter ma tente, mais le lendemain, je suis parti, bonjour l’état d’esprit ! Un hongrois avait même posé sa caravane sur un chemin d’accès, stérilisant ainsi plusieurs emplacements.

Un bar-resto dans la partie textile, viande au fond de l’assiette, steak pourtant annoncé de 250g, mais en cette saison, cela devait être des grammes touristiques, et dur, car l’animal avait déjà dû beaucoup voyager…. Le soir, j’ai donc pris un sandwich pour 12 kn, c’est une petite tranche de jambon dans un gros morceau de pain, j’aurai pu le faire aussi avec les ressources de l’épicerie.


Pas de paiement en Euro, pas de réduction FFN-INF ; (1 nuitée). J’ai payé ainsi, 16,10 Euros pour la nuitée en 2005.


Sur l’île de Hrab, vous avez intérêt à choisir le « camp Nudist ».






Si vous souhaitez m'écrire : nudiworld@machin.fr
 
Il faut mettre aliceadsl
à la place de machin

hvar
hvar
dalmatie

dalmatie

dalmatie

dalmatie

dalmatie